accueil
L'église Saint Loup

Consacrée sous le vocable de saint Loup, l'église de Pers date environ du XIIe siècle, comme le montrent les formes du triplet de fenêtres à l'est, maintenant bouchées, seul vestige de l'édifice ancien.
Ravagée pendant la guerre de Cent Ans, l'église a été reconstruite dans sa forme actuelle au XVe siècle.

Le triplet de fenêtres
La nef vue de l'entrée La nef vue du choeur
C'est une église à nef unique, recouverte d'une voûte en berceau, sans rupture architecturale entre la nef et le chœur.

Dans le choeur, grand retable en bois et marbre peint ; statue de la Vierge qui remplace un tableau central disparu de saint Loup, évêque de Sens, patron de la paroisse dont on trouve la statue à gauche et une autre de saint Louis, du XVIIIe siècle (mutilée).

Crucifix Fonts baptismaux
saint Loup
saint Louis

En bas de la nef, un confessionnal en bois peint de couleur "bleu charron", comme l'intérieur de la porte d'entrée. Cette couleur était la couleur traditionnelle régionale des menuiseries extérieures.
Jadis toutes les charettes étaient peintes de cette couleur, d'où son nom. C'était un mélange de bleu de Prusse et de sulfate de baryte.

A l'extérieur la nef est précédée d'un porche clos, lui-même précédé d'une petite prairie qui était l'ancien cimetière et où trône aujourd'hui un monument aux morts des plus banals.

L'objet le plus ancien de l'église de Pers est la cloche, qui a échappé à la fonte révolutionnaire 
: elle date de 1581 (inscrite le 7 juillet 2015). On peut y lire l'inscription suivante, en caractères gothiques :

sancte lupe ora pro nobis Bernard de mellum escuyer, prieur de chaumont, chevry et de pers - Lonette suis nomez par marie de la sosoyes fame de jehan dupré et angelique lemarle fille de jahant lemarle, robert de croyis et pierre bergeret, marts 1581. jacques tantot... (le reste est illisible)

Edmond MICHEL, Monuments religieux, civils et militaires du Gâtinais du XIe XVIIIe siècle, Orléans, H. Herluison (1887).
haut de page
.